Ayo, J'Adore ! Allégorie d'un quotidien mauricien by Poupette des Îles, en vadrouille et en toute liberté...

🌴🇲🇺🌴 QUAND LA CATHÉDRALE SAINT JAMES FUT UNE POUDRIÈRE !

Une cathédrale qui fut une poudrière : Qui l'eut cru ou même imaginé ? Cette belle histoire à déjà quelques années mais on la découvre ou re-découvre à la suite de la très récente rénovation sous l’égide bénévole de Claude Wong So. Lors d'une prochaine escapade à Port-Louis, allez y ! Cathédrale Saint James : Ayo J'Adore !
L’histoire démarre dans les années 1780 lorsque les français érigent au sommet d’un mont, à l’arrière de la capitale, un bâtiment où est conservé la poudre à canon. D’où le nom de la rue qui l’y mène. Inutilisée à la fin de l’époque française, la poudrière sert de prison pour les prisonniers de guerre britanniques.
Puis les britanniques s’emparent de l’île en 1810. La poudrière est alors reconvertie en lieu de culte et devient la première église anglicane de Maurice, délaissant ainsi les casernes où se déroulaient les services religieux.
En 1812, l’église est dotée d’un porche et d’une flèche octogonale surmontant le clocher. Plus de trente ans plus tard, en 1848, deux ailes formant le transept sont ajoutées pour accueillir les fidèles de plus en plus nombreux et l’église sera consacrée Cathédrale en 1850 par le Très Révérend Chapman.
En 1936, la Cathédrale Saint James reçoit La Croix de Canterbury, emblème du salut et de l’amitié avec l’église Mère. La récente rénovation soutenue par Le Héritage National Fund, financée par des dons de fidèles & des sponsors permet de découvrir la beauté de ce bâtiment plus que bicentenaire, bâti en roches volcaniques et en bois de teck et révélant des blocs de corail. Une belle visite à découvrir, à faire ou à refaire ! Ayo J’Adore !

CATHÉDRALE SAINT JAMES : AYO J'ADORE!
Rue de la Poudrière. Port Louis

Bye Bye et à très vite. XoXo Poupette

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire